Dans la bibliothèque du golfe (3)

12 septembre 2011 Publié par

Logo Logo Logo

Arland001.jpgC’est en 1963 que Marcel Arland (1899-1986) a  publié aux éditions Grasset un recueil de textes sous le titre La Nuit et les sources, second volume de Je vous écris…

La Lettre VI (p. 241-306) évoque longuement le golfe du Morbihan et tout particulièrement l’Île-aux-Moines même si le texte est une longue méditation sur la solitude d’un vieil homme qui s’arrête sur le sentier du Trech, devant les ex-voto de la chapelle du Gueric ou devant les hôtes de l’hôtel de la Brise dont il est un habitué.

Seuls quelques îlois gardent aujourd’hui le souvenir vague de « Monsieur et Madame Porto », un vieux couple qui se faisait construire une maison à Kergonan et qui résidait à l’hôtel en attendant l’achèvement des travaux. Sa seule activité consistait en une promenade quotidienne vers la construction et l’ingurgitation de quantités non négligeables d’alcool. Alcool qui abrégea assez leur vie pour qu’ils n’aient jamais l’occasion de voir de voir leur maison achevée.  Raconté ainsi, l’annecdote peut être oubliée. Sous la plume de Marcel Arland, ces « fantôches » deviennent des personnages dont les disputes pleines « reproches, de ressentiments, de mépris, de misère, de fiel, de rage haineuse » constituaient l’essentiel de la vie.

Marcel Arland termine son chapitre en s’interrogeant : « il se peut que ces pages oubliées ne parviennent à personne. Cependant, il me faut écrire; c’est de plus en plus un besoin. J’écris  de la même façon que je marche ou que je m’arrête, que j’ai vu ce golfe ou ce couple. J’en aurais un peu honte, s’il ne me semblait, à mes bonnes heures, que je n’écris pas seulement pour moi. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *