Baie de Morlaix, 2014

François de Beaulieu Hervé Ronné

Il y a longtemps qu’Hervé Ronné rêvait de ce livre. Grâce à Didier Labouche (Géorama), le projet a pu voir le jour. J’ai aimé la liberté qui m’a été laissée et, comme d’habitude, la bonne circulation entre le travail d’Hervé et le mien.

Baie de Morlaix

Résistance pacifique

Le petit « Guide à l’usage des touristes » rédigé par Louis Le Guennec et publié par A. Le Goaziou, imprimeur-éditeur, en 1912 avait pour titre « La rivière et la rade de Morlaix ». À l’époque, tous les ports de fond d’estuaire ou presque avaient leur rade, ce vaste bassin où les bateau trouvent facilement un mouillage. Seuls les ports à vocation militaire semblent avoir gardé leur rade. Plus pacifique, Morlaix a sa baie et, en guise de compensation, sa rivière.

Le patrimoine de la baie de Morlaix s’inscrit dans trois temporalités. Celle de la longue durée avec les roches et les grandes lignes du paysage. Celle de l’histoire des hommes avec les témoignages de leur activité, de la préhistoire à aujourd’hui. Celle, instantanée, de la vie sauvage dans sa liberté et sa fragilité. C’est en s’inscrivant dans ce patrimoine et ces temporalités que s’invente la baie de Morlaix d’aujourd’hui.

Entre les premières crêtes bleues des monts d’Arrée au sud et d’ultimes roches blanchies d’écume au nord, la nature et les hommes semblent s’être ingéniés depuis des millénaires à façonner, envers et contre tout, un paysage minéral. Arbres et champs ne sont que l’écrin d’où émergent mille et mille sculptures sorties des mains du vent ou de celles des hommes. Du minutieux assemblage du cairn de Barnenez aux clochers ajourés ; de l’étrange muraille du viaduc de Morlaix aux falaises de Guimaëc ; des épaisses ardoises qui couvrent les maisons aux blocs faisant rempart sur les pointes de la baie ; tout ici semble entré en résistance contre l’usure du temps. Il y a même une île sculptée en forteresse, des cailloux roses dans le lit des rivières et tout un peuple de pierre qui monte la garde autour des églises ou se bouscule autour des calvaires avec le même dur désir de durer. À tous points de vue, la baie fait toujours de la résistance. À sa façon – douce – et c’est pourquoi nous l’aimons.

Résistance pacifique

 

Au cœur de Morlaix

Rencontre : Sur le port avec Éric et Jacques

Balade : Nature en ville

 

De Morlaix à Locquénolé

Rencontre : À Locquénolé avec Guénolé

Balade : D’arbre en arbre

 

De Locquénolé à Carantec

Rencontre : Artichauts à la crème

Balade : À la poursuite des bernaches avec Roger

 

Carantec nous mène en bateau

Balade : En résidence au Taureau

Rencontre : À Callot avec Paul de Beauchamp et Louis Chauris

 

De Penzé à Roscoff

Rencontre : À Roscoff avec les fantômes.

Balade : Par les champs et les jardins à l’île Batz

 

Châteaux et manoirs de la baie

Rencontre : À Barnenez avec les archéologues

Balade : Le soir au Dourduff-en-Mer

 

Au cœur de la baie

Rencontre : Au Diben, à la recherche du temps perdu

Balade : L’aube à Terenez

 

Le Trégor fait de la résistance

Rencontre : Avec Caprini au Caplan

Balade : Montagnes russes