La lettre secrète de l’agroalimentaire breton à Macron

23 avril 2020 Publié par

Logo Logo Logo

Vous pouvez lire ici le courrier remis au président Macron lors de son passage dans le Finistère Nord par cinq organisations (1) se disant “représentatives des acteurs amont et aval des filières agricoles et alimentaires”. Vous ne trouverez pas (pour le moment au moins – sait-on jamais) ce courrier sur le site de de ces organisations mais la tribune qui a été publiée par Ouest-France le 8 avril (voir, par exemple, ici). Vous pourrez facilement jouer au jeu des 7 différences car il y a de vrais morceaux de la tribune dans la lettre datée du 20 avril ! Mais d’autres choses qui de toute évidence, sont réservées au président.

Note du 23 avril: le journal Le Paysan breton a mis la lettre en ligne : www.paysan-breton.fr/2020/04/lettre-a-e-macron-retrouvons-lautonomie-alimentaire-francaise/

Lettre à EMacron_Retrouvons la souveraineté alimentaire française

Vous découvrirez, par exemple, que, le 8 avril, les signataires de la lettre estimaient que “le dénigrement agricole et alimentaire s’est fait plus discret. Les « antis » ont compris que l’indécence a des limites que la situation n’autorise plus”. Le 8 avril, La chose a disparu du courrier au président pour dramatiser la situation en parlant “d’état de guerre permanent” qui ” déstabilise dangereusement la filière alimentaire française”. C’est pourquoi il faut “protéger les agriculteurs et les entreprises alimentaires françaises contre les organisations qui les attaquent impunément au nom d’une idéologie radicalisée”. La cellule Demeter ne leur suffit plus ! Et il faut croire qu’en dépit du confinement, les “activistes issus de mouvements radicalisés (écologisme militant, abolitionnisme…)” ont multiplié les actions “de guerre” entre le 8 et le 20 avril !

Vous découvrirez, aussi, que le programme pour “après” c’est “Libérer la compétitivité française : les contraintes de la surrèglementation asphyxient lentement mais sûrement la production et la conduisent à une perte de compétitivité et d’efficacité.” Traduction: l’environnement, ça commence à bien faire !

La tribune du 8 avril proclamait : “Rétablissons le dialogue, vite !”.  La lettre au président fait état du sondage Odoxa-Comfluence réalisé les 8 et 9 avril 2020 selon lequel « 93 % des Français attendent du Président de la République et du gouvernement qu’ils « garantissent l’autonomie alimentaire de la France ». Ce serait bien de dialoguer avec les mêmes Français qui, avec la même intelligence, selon deux sondages IFOP, affirment à 96 % être favorables à une interdiction d’épandage des pesticides à moins de 150 mètres des habitations et, à 89 %, souhaiter une interdiction totale des pesticides de synthèse d’ici 5 ans (et c’est possible).  L’autonomie alimentaire, c’est importer du soja brésilien? C’est voir chaque année moins d’agriculteurs sur le sol français ?

Le modèle agricole breton est obsolète et il ne faut pas attendre la prochaine crise ou les dégâts irréversibles du réchauffement climatique pour tendre la main à ceux qui souhaitent travailler autrement, installer des centaines de milliers de paysans pour faire revivre les campagnes et sauver la santé des humains et la biodiversité sans laquelle il n’y a pas d’agriculture résiliente. Les paysans bretons on gagné le pari de la modernisation que la société leur a proposé il y a 70 ans. Il peuvent relever le défi qui leur est demandé aujourd’hui par la société.

 

(1) Produit en Bretagne est un réseau de 432 entreprises et 110 000 salariés, acteurs dans tous les domaines d’activité, alimentaire, industrie, distribution, services, culture. Sa mission est de soutenir de façon solidaire et responsable la dynamique économique et culturelle de la Bretagne pour l’emploi.
Agriculteurs de Bretagne est une démarche de communication collective et positive de la profession agricole régionale avec les consommateurs. Elle regroupe 3 300 adhérents individuels (agriculteurs et sympathisants) et 159 entreprises et organismes, soutenus par 167 communes bretonnes.
Interbev Bretagne est la structure interprofessionnelle régionale de la filière élevage et viandes, représentant l’ensemble des acteurs de l’amont à l’aval : 40 000 professionnels en Bretagne dans les secteurs bovin, veau et ovin.
L’Union des Groupements de Producteurs de Viande de Bretagne est un syndicat professionnel qui regroupe les Organisations de Producteurs de porc, d’œufs et de bovins Viande de l’Ouest (12 500 éleveurs).
L’Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires est le représentant professionnel de la filière agroalimentaire régionale engagé pour la création de valeurs économiques et humaines. L’ABEA accompagne 200 entreprises et sites adhérents (soit plus de 50 000 salariés).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *